Connexion

Partager cette page

Geolocalisation....

Les remèdes à base d’essences florales

Les remèdes à base d’essences florales

Les remèdes à base d’essences florales

Les remèdes à base d’essences florales

Les remèdes à base d’essences florales du Dr Bach

« Certains phénomènes, comme l’homéopathie, restent mystérieux. Je fais allusion à certaines idées de Jacques Benveniste, car j’ai récemment rencontré des phénomènes que seules ses théories semblent pouvoir expliquer. Je pars d’observations, pas de croyances. Certaines choses nous échappent encore, mais je suis convaincu qu’on saura les expliquer de la manière la plus rigoureuse. Encore faut-il pouvoir mener des recherches à ce sujet ! Si l’on commence par nier l’existence de ces phénomènes, il ne se passera rien. J’ai la chance d’avoir pu faire mes preuves dans la « grande science » en particulier dans l’identification du virus du sida. Je me sens libre d’explorer de nouveaux domaines et d’en dériver des concepts originaux, même s’ils prêtent à controverse. »

Pr Luc Montagnier (prix Nobel de Médecine en 2008)

Nous allons aborder dans cette interview une branche de la médecine naturelle qui est connue sous le nom de psycho-neuro-immunologie, ou plus simplement appelée médecine psychosomatique. C’est une discipline essentielle qui étudie l’impact des événements psychiques et les effets du moral des individus sur leur système immunitaire.

On sait depuis toujours que le système immunitaire est très sensible aux facteurs psychologiques et environnementaux, car notre système nerveux est directement relié (de façon bidirectionnelle) avec celui de l’immunité et de la régulation neuroendocrinienne.

Pour en discuter, nous retrouvons Pierre Simoni (naturopathe, nutritionniste et diététicien aujourd’hui à la retraite) qui, grâce à son approche interdisciplinaire incorporant des données de la psychologie, de l’immunologie, de la physiologie, et des médecines naturelles, est l’interlocuteur idéal pour nous présenter cette science.

– Élise : Bonjour Pierre. Ravie de vous retrouver pour aborder tout ce qui tourne autour de la psycho-neuro-immunologie. C’est un sujet passionnant que l’on évoque souvent à travers l’image de ceux qui voient « le verre à moitié plein » et des autres qui le voient « à moitié vide ». Pouvez-vous nous dire pourquoi il est si important pour notre santé d’être dans un état d’esprit positif ?

– Pierre : Bonjour Élise, bonjour à tous. C’est un concept vieux comme le monde que l’on pourrait résumer en une phrase : « La positive attitude vous rend plus fort. » D’un point de vue médical, c’est une véritable discipline reconnue depuis 1964, lorsque George F. Solomon, de l’université de Californie (Los Angeles), a créé le terme « psycho-immunologie » et qu’il a publié un article nommé : Emotions, immunity, and disease. A speculative theoretical integration (Émotions, immunité et maladie : une intégration théorique spéculative).

– Élise : Nous avions déjà vu dans Ikaris n° 18 qu’il existait un lien entre notre microbiote intestinal, le cerveau et le système immunitaire, le tout représentant un système de défense intégré et global. Ce que vous nous dites maintenant, c’est qu’il y a aussi une composante morale et psychologique ?

– Pierre : Oui, c’est presque impossible de le prouver par des études cliniques, car chaque individu sur la planète est différent du point de vue de ses paramètres psychologiques, mais c’est un constat que j’ai pu faire en trente années d’exercice, la psychologie et l’état mental interviennent dans des boucles de régulations neuro-immunitaires.

– Élise : Certes, mais vous n’êtes pas psychiatre, et j’imagine que ce n’est pas avec des séances de « parole » sur un divan que vous soignez vos patients, alors que pouvez-vous leur apporter ?

– Pierre : J’utilise deux principes simples, la thérapie régressive et les élixirs floraux, qui sont tous deux des techniques naturelles qui permettent de travailler sur les émotions, le corps biologique et le champ énergétique. De nos jours, nous savons que les patients demandent de plus en plus d’explications sur les traitements qui leur sont prescrits par leurs médecins, une demande qui est justifiée par une industrie pharmaceutique qui n’est pas toujours transparente… Alors moi, je leur explique toujours pourquoi je leur conseille l’usage d’essences florales. De nombreuses études ont prouvé qu’elles ont un véritable mécanisme d’action sur notre corps quand elles sont inhalées ou ingérées. Ensuite, j’aidais, je dis bien « j’aidais », car je n’exerce plus, mes patients à se reconnecter avec leurs émotions et leur inconscient.

On ne peut pas dire que mes pratiques suivent une véritable méthodologie scientifique, mais l’utilisation d’essence florale dans mon protocole permet d’intégrer une composante thérapeutique naturelle dans la psycho-neuro-immunologie. Et bien entendu, il faut aussi prendre en compte notre énergie vibratoire dans sa globalité. C’est elle qui va déclencher la régulation des niveaux d’hormones dans notre organisme et les bonnes réactions immunitaires.

En fait, notre corps reflète tout ce qui se passe dans notre esprit et manifeste nos sentiments, nos pensées conscientes et inconscientes. L’esprit ne va pas dans un sens et le corps dans l’autre, les deux agissent en communiquant entre eux à travers les énergies qui circulent dans tout l’organisme. Des traumatismes, des comportements réprimés, la dépression, les problèmes sociaux, tous ces stimuli sont enregistrés par le néocortex et sont transformés en sentiments et émotions dans le système limbique. De là, ils sont traduits en réactions corporelles biochimiques à travers l’hypothalamus, qui recueille ces messages à la fois du conscient et de l’inconscient et les transmet à l’hypophyse qui agit en tant que chef d’orchestre endocrinien.

Par conséquent, l’activité limbique relie l’état émotionnel au système endocrinien, de sorte qu’il joue un rôle important dans les interactions psychosomatiques. Puis, l’organisme reçoit enfin les messages des schémas de pensées et d’attitudes !

– Élise : Mais comment des essences de fleurs peuvent-elles rééquilibrer notre champ énergétique ?

– Pierre : Les essences florales, c’est le « motif émotionnel », celui qui va induire le sentiment que les émotions qu’elles procurent peuvent affecter positivement la santé. Appelez cela un effet placebo si vous voulez, ça ne me dérange pas, tant que ça fonctionne. N’oubliez pas que la méthode est avant tout destinée à créer un effet psychologique qui sera favorable au système immunitaire. Vous savez, parfois, quand on tombe malade, c’est que certaines émotions se sont transformées en réactions biochimiques qui vont finalement somatiser dans les différents organes de notre corps, il faut alors contrer cet effet négatif.

– Élise : Donc si je résume, il faut drainer les émotions négatives hors de son corps pour renforcer ses défenses immunitaires ? Comment choisir les élixirs floraux qui pourront nous aider à faire cela ?

– Pierre : Connaissez-vous la liste des espèces florales et des indications élaborées par le Dr Bach ?

– Élise : Oui, je connais quelques principes de botanique à prendre en compte pour comprendre le dynamisme inhérent aux fleurs… Mais en quoi les élixirs floraux peuvent-ils nous aider dans la résolution de nos conflits psychoémotionnels ?

– Pierre : Le champ bioénergétique de l’essence agit comme une sorte de modèle capable de restaurer tout dommage infligé à nos cellules, et il a également un motif holographique, c’est-à-dire que même en petite quantité, il est capable d’avoir l’information du tout.

Les élixirs floraux agissent ainsi, de manière globale et holographique. J’utilise donc les différentes essences comme le support d’une énergie vibratoire à infuser dans les cellules. Pour simplifier, je dirais que les motifs énergétiques des fleurs agissent sur le champ électromagnétique, leur action consiste à restaurer les pertes de fréquence qui sont produites par des stimuli externes et internes… Ils permettent d’équilibrer le niveau émotionnel et donc le niveau physiologique de l’individu.

– Élise : Vous travaillez à partir des schémas énergétiques des essences florales qui sont basés sur les études du Dr Bach ?

– Pierre : Oui, et même si la communauté scientifique actuelle considère que les élixirs floraux de Bach ne sont pas efficaces et que son concept repose sur des croyances… Vous savez, ce que pensent les scientifiques en matière de médecine naturelle, je m’en balance…

– Élise : Qui était exactement le Dr Bach ?

– Pierre : C’était un prestigieux médecin homéopathe qui a consacré une partie de sa vie à travailler sur le motif énergétique des essences florales. C’est le premier à avoir découvert, au début du XXe siècle, qu’il existait un lien entre les états émotionnels des malades et leur pouvoir de guérison. Il a ensuite mis au point des élixirs floraux adaptés à chaque symptôme de ses patients. Il existe 37 « élixirs floraux », réalisés à partir des fleurs de trente-sept espèces de plantes, auxquelles s’ajoute l’eau de roche, ce qui donne donc 38 « élixirs » au total. À chaque état psychologique négatif (peurs, insomnies, incertitudes, fatigue chronique, désespoir, non-acceptation de soi, etc.), intuitivement le Dr Bach a fait correspondre une espèce de plante qui était en mesure de le rééquilibrer d’un point de vue vibratoire.

– Élise : Tout à fait. Je voudrais aussi ajouter un mot là-dessus… De façon générale, on pourrait dire que ces essences sont destinées à contribuer à l’amélioration de la santé par les bonnes émotions, puisque c’est parfois leur absence qui provoque des problèmes de santé… En fait, si nous approfondissons ce concept, nous pouvons dire que les élixirs floraux agissent comme des remèdes énergétiques vibratoires, et par conséquent, nous pouvons considérer leur mode d’action comme une thérapie énergétique.

En adhérant à ce concept, on peut penser que du point de vue de la « conscience biologique », la vision de l’être humain peut être très simpliste, c’est-à-dire que l’homme connaît l’existence d’un corps, de sentiments, de pensées qui sont encapsulés dans une âme et un esprit. Mais il est vrai que la réalité énergétique du vivant est plus complexe que ça… Alors il est utile de rappeler que le mot « vibration » est aussi synonyme de fréquence et que dans l’univers tout est fréquence !

– Pierre : Exact. Avant de terminer, je tiens à souligner qu’il n’existe aucune contre-indication à l’utilisation d’essences florales, il n’y a pas plus simple que cette thérapie naturelle. Il faut juste prendre quelques gouttes d’essence de fleurs dans un verre d’eau, ce qui est totalement inoffensif, mais, bien entendu, les fleurs de Bach ne remplacent en aucun cas un avis ou un traitement médical… C’est une obligation de le rappeler.

– Élise :  Comment faut-il les utiliser dans la durée ?

– Pierre : Au départ, je vous conseille de consulter un professionnel en naturothérapie pour bien choisir votre essence en fonction de vos symptômes, ou d’acheter des ouvrages spécialisés qui vous diront quelle plante choisir, quand et comment prendre des élixirs floraux. On les consomme généralement sous forme de gouttes dans un verre d’eau 3 à 4 fois par jour entre les repas, et parfois en inhalation.

– Élise : Merci Pierre, personnellement j’utilise régulièrement les fleurs de Bach pour m’aider à traverser certaines périodes difficiles comme celle que nous traversons en ce moment avec la Covid.

– Pierre : Oui Élise, n’écoutez que vous-même et surtout pas ceux qui vous diront que vos croyances sont des foutaises, et que seule la science prévaut en matière de médecine. Vivez sainement, prenez du recul, rééquilibrez votre système énergétique, vos émotions, votre organisme, ne paniquez pas, n’ayez pas peur !

– Élise : Merci et si vous me le permettez, je terminerai avec cette citation de Franck Herbert, auteur du roman culte Dune : « Je ne dois pas avoir peur. La peur est le tueur de l’esprit. La peur est la petite mort qui amène l’effacement total. Je vais affronter ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi et à travers moi. Et quand elle sera passée, je pourrai trouver mon chemin. Là où la peur est allée, il n’y aura plus rien. Moi seul resterai. »

– Pierre :  A méditer en effet ! à très bientôt.

Source : Magazine Ikaris n° 26

0
    0
    Panier
    Le panier est videEspace Marketing